Ouverture des camps de jour: «Laissons-les jouer, ça va devenir invivable» affirme la Dre Caroline Quach – TVA


Bien qu’heureuse de cette nouvelle annoncée par François Legault, la Dre Caroline Quach, pédiatre et médecin responsable de l’unité de prévention et contrôle des infections au CHU Sainte-Justine, remet cependant en question les contraintes qui seront imposées aux enfants. 

«Il faut se rappeler que pour les très jeunes, le risque de maladie compliquée et sévère est faible. Très très faible. (…) Comparativement aux populations plus âgées, ça passe comme un rhume», explique la Dre Quach sur les ondes de LCN.  

«Quand on regarde le risque de confiner des enfants de façon hyper stricte par rapport à leur bénéfice potentiel sur leur développement, l’équilibre n’est pas là. C’est dans ce contexte-là on où on se dit ‘’laissons-les jouer’’.  

Trop strict pour rien? 

Dre Caroline Quach croit que le principe de ratio selon l’âge est appliqué au pied de la lettre, ce qui n’a pas nécessairement lieu d’être d’après elle. 

«On se rappelle que les enfants vont être à l’extérieur la plupart du temps, qu’ils vont jouer au ballon et que oui, à certains moments ils seront à moins de deux mètres les uns des autres et c’est correct! (…) Ça devient invivable pour les éducateurs mais aussi pour les enfants», croit la pédiatre. 

Cette dernière perçoit un peu d’ironie dans ces mesures strictes au moment où l’on déconfine les familles et qu’il sera permis dès vendredi de voir 10 autres personnes à l’extérieur provenant de 3 ménages différents. 

«C’est pareil que de mettre 10 enfants dans un groupe. Si cette bulle-là ne voit pas d’autre bulle, c’est la même chose qu’une famille», compare-t-elle.  

Scénario «impossible» pour l’école en alternance 

• À lire aussi: Voici les deux scénarios présentés par Québec pour le retour en classe à l’automne 

Se mettant d’abord dans la peau des parents, Dre Caroline Quach voit difficilement comment il sera possible de garder à la maison les enfants plusieurs jours par semaine, dans l’optique où le gouvernement opterait pour une reprise scolaire en alternance à l’automne.  

De ce fait, la pédiatre croit au modèle d’école présentielle, soit le premier scénario étudié par le gouvernement provincial à l’heure actuelle.  

D’un point de vue objectif et scientifique, la médecin, qui est aussi microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste, croit qu’il faudra revoir le modèle des écoles telles qu’on les connait. À cet effet, elle propose notamment que l’enseignant se déplace plutôt que les élèves pour «garder une certaine homogénéité». 

Read Full Article:

https://www.tvanouvelles.ca/2020/05/21/reouverture-des-camps-avec-des-contraintes–laissons-les-jouer-ca-va-devenir-invivable