Sur les traces de la Dre Quach – Radio Canada


Danny Lemieux (accéder à la page de l’auteur)
Danny Lemieux2020-05-01 | Mis à jour le 3 mai 2020

On dit de la Dre Caroline Quach qu’elle est au cœur de la tempête COVID. C’est vrai. Plongez avec une équipe de Découverte dans le quotidien haletant de l’épidémiologiste au CHU Sainte-Justine.

Lundi 30 mars

À deux mètres de moi, la Dre Caroline Quach. Elle est responsable de la prévention et de la gestion des infections, ici, au CHU Sainte-Justine. Je la rencontre pour la première fois. Impossible de lui serrer la main. En temps de COVID-19, c’est interdit. Aucun doute : son charme et son énergie sont contagieux.

Le réalisateur-caméraman Mathieu Waddell et moi passerons les cinq prochains jours à ses côtés.

On discute avec Florence Meney, relationniste pour le CHU Sainte-Justine, de la manière dont nous pourrons nous immiscer dans la vie professionnelle de la Dre Quach. C’est simple : nous avons carte blanche. Un accès au personnel médical, sans restriction.

On fait connaissance pendant dix minutes. Fini les présentations. Action! Déjà, les urgences s’accumulent. Les messages aussi. La Dre Quach n’a plus de temps à nous accorder. Suivez-moi! lance-t-elle. Le caméraman dégaine, caméra à la main.

Se présente aussitôt la cheffe du département d’anesthésiologie, la Dre Chantal Crochetière. Les besoins en masques N95 sont criants. Certains groupes de médecins sont inquiets. Les médias en parlent beaucoup, mais force est de constater que, sur le terrain, tout cela est bien réel.

On dit que la Dre Quach est au cœur de la tempête COVID. C’est vrai. Son cellulaire sonne sans cesse. Les textos entrent. La boîte de courriels déborde. Les rencontres sur l’application Zoom se succèdent. Elle est sollicitée de toutes parts. Elle ne peut faire deux pas dans l’hôpital sans qu’on l’accroche; une question, un suivi, une précision…

Danny Lemieux (accéder à la page de l’auteur)Danny Lemieux2020-05-01 | Mis à jour le 3 mai 2020

On dit de la Dre Caroline Quach qu’elle est au cœur de la tempête COVID. C’est vrai. Plongez avec une équipe de Découverte dans le quotidien haletant de l’épidémiologiste au CHU Sainte-Justine.

Lundi 30 mars

À deux mètres de moi, la Dre Caroline Quach. Elle est responsable de la prévention et de la gestion des infections, ici, au CHU Sainte-Justine. Je la rencontre pour la première fois. Impossible de lui serrer la main. En temps de COVID-19, c’est interdit. Aucun doute : son charme et son énergie sont contagieux.

Le réalisateur-caméraman Mathieu Waddell et moi passerons les cinq prochains jours à ses côtés.

On discute avec Florence Meney, relationniste pour le CHU Sainte-Justine, de la manière dont nous pourrons nous immiscer dans la vie professionnelle de la Dre Quach. C’est simple : nous avons carte blanche. Un accès au personnel médical, sans restriction.

On fait connaissance pendant dix minutes. Fini les présentations. Action! Déjà, les urgences s’accumulent. Les messages aussi. La Dre Quach n’a plus de temps à nous accorder. Suivez-moi! lance-t-elle. Le caméraman dégaine, caméra à la main.

Se présente aussitôt la cheffe du département d’anesthésiologie, la Dre Chantal Crochetière. Les besoins en masques N95 sont criants. Certains groupes de médecins sont inquiets. Les médias en parlent beaucoup, mais force est de constater que, sur le terrain, tout cela est bien réel.

Les deux médecins se parlent loin l'une de l'autre, dans une vaste salle sinon vide.

La Dre Caroline Quach en compagnie de la cheffe du département d’anesthésiologie, la Dre Chantal Crochetière, le lundi 30 mars.

PHOTO : RADIO-CANADA / MATHIEU WADDELL

On dit que la Dre Quach est au cœur de la tempête COVID. C’est vrai. Son cellulaire sonne sans cesse. Les textos entrent. La boîte de courriels déborde. Les rencontres sur l’application Zoom se succèdent. Elle est sollicitée de toutes parts. Elle ne peut faire deux pas dans l’hôpital sans qu’on l’accroche; une question, un suivi, une précision…

Parmi les messages, un appel personnel. Désolée, chéri, je n’ai pas le temps. On se voit ce soir. Aucun doute : sa famille doit attendre… La vie personnelle est sur pause.

Alors que la Dre Quach participe à une rencontre, j’écoute discrètement à la porte voisine. Elle est entrouverte. Je vole une discussion. J’entends les mots DPJ, découragement, frustrations, besoins… J’ose. Je cogne. Je demande au pédiatre s’il accepte de m’accorder une entrevue. Les gens ont besoin de parler, surtout ceux qui se trouvent au front.

C’est la première fois de ma carrière que je ne sais pas quoi faire, je n’ai pas de solution. Je me sens impuissant, me confie-t-il.

En direction de son prochain rendez-vous, la Dre Quach s’impatiente à la lecture d’un texto. Arrêtez de m’envoyer de longs textos qui n’en finissent plus…. trois lignes maximum SVP.

Elle se retourne vers moi.

Read Full Article:

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1698413/caroline-quach-chu-justine-epidemiologiste-decouverte